L'information juste et sans passion Suivez l'actualité en continu en Côte d'Ivoire et partout ailleurs ...
DERNIERES INFOS

Suivez l'actualité en continu en Côte d'Ivoire et partout ailleurs

www.ivoire-media , votre site d'actualité, à votre portée , l'information juste et sans passion

www.ivoire-media ,ne ratez plus aucune info dans le domaine de la CULTURE, POLITIQUE, ECONOMIE, JUSTICE , RELIGION, SPORT, SOCIETE

Dépêches, Dossiers, articles, reportages et interviews, profitez du meilleur de l'actualité en Côte d'Ivoire et partout dans le monde

POLITIQUE
Côte d'Ivoire : Le CIDP lance une caravane de reconciliation Vendredi 25/10/2019 11:05:46 Photo utilisée à titre d'illustration (Ph:Dr) Cohésion sociale Photo utilisée à titre d'illustration (Ph:Dr) Cet article a été vu 91 fois

Ivoire-media (IM) - La cérémonie de réconciliation nationale sous le thème, ‘’les enjeux  de la réconciliation entre Ivoiriens’’ organisée par le congrès ivoirien pour le développement et la paix (CIDP) le jeudi 24 octobre dernier à l’hôtel ‘’Belle côte’’ à Cocody, une commune d’Abidjan (Côte d’Ivoire) s’est à tire-d’aile transformée en une fête  fraternelle. Pour l’occasion, les ex-combattants pro Ouattara sont venus des régions nord de la Côte d’Ivoire (Tchologo, Bagoué, Pôrô) mais aussi du Gbêkê, des Lacs, du Lôh-Djiboua, des Antilopes...

Pareil pour les ex-détenus pro Gbagbo venus aussi des régions du sud, de l’Est, du centre, de l’Ouest du pays.  Ils ont effectué nombreux le déplacement  pour dire non à la guerre et oui à la réconciliation et à la paix.  C’est pourquoi dans son intervention, l’initiateur de ce rassemblement, M. Babily Dembélé président du Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix (CIDP) a remercié les ex-belligérants pour avoir compris que la Côte d’Ivoire d’abord. Il s’est réjoui que les ex-démobilisés pro Ouattara et les ex-détenus pro Gbagbo aient décidé de tourner le dos à  la guerre pour être des militants du CIDP, son parti. « Ma détermination pour la justice, l’égalité, la démocratie, le droit des hommes, l’amour pour la Côte d’Ivoire n’est pas négociable. J’invite les ennemis de la Côte d’Ivoire à nous rejoindre  sur le chemin de la réconciliation et de la paix », a souligné le président du congrès Ivoirien pour le développement et la paix (CIDP).

Babily Dembélé a condamné la guerre en Côte d’Ivoire qui, dira-t-il, « a fait de très nombreuses victimes dont des morts. Des familles sont encore en exil. Le président Laurent Gbagbo est toujours à Bruxelles parce que, même  acquitté par la cour d’appel de la CPI est toujours  en résidence surveillée. Ce n’est pas ça la Côte d’Ivoire. Nous demandons à ceux qui n’ont pas le droit de porter les armes ou ceux qui sont encore remplis de vengeance de mettre balle à terre et de déposer les armes », a conseillé l’initiateur de la cérémonie.  L’ancien conseiller du président  Henri Konan Bédié affirme que rien ne le fera reculer quand il s’agit du bonheur  des Ivoiriens, de la paix  en Côte d’Ivoire.

Pour ce qui est de l’absence des autorités ivoiriennes à cette cérémonie, l’ex ambassadeur de la Côte d’Ivoire auprès des pays arabes sous le règne du président Laurent Gbagbo a regretté qu’elles ne soient pas venues à cette cérémonie qui est pourtant dans leur intérêt. Revenant sur ses auditions du jeudi 03 et mardi 08 octobre derniers à la préfecture de police d’Abidjan, Babily accuse les autorités ivoiriennes d’être derrière cette manœuvre.  Il affirme ne pas garder rancune et se propose  de demander une audience auprès du président de la République, Alassane Ouattara pour échanger avec lui sur les questions qui touchent à l’intérêt de la Côte d’Ivoire.

L’Ivoirité est un concept culturel

Babily Dembélé est fier d’être l’un de ceux qui ont prôné l’ivoirité sous le règne du président Henri Konan Bédié. « La Côte d’Ivoire d’aujourd’hui n’est plus celle que nous avons connu sous le long règne du président Houphouët Boigny. J’ai été membre du CNB et un de ceux qui ont prôné l’ivoirité. C’était  un concept culturel et rien d’autre. C’est pourquoi  je demande aux Ivoiriens  de soutenir l’ivoirité dans son concept culturel »a-t-il lancé.

2020 n’est pas bloqué

Répondant à certains ténors du pouvoir RHDP qui affirment que  2020 est bloqué, que  tout est réglé, le président du CIDP n’est pas de cet avis  et rappelle que  personne n’a un titre foncier sur la Côte d’Ivoire. Il dénonce la misère dans laquelle vivent les populations ivoiriennes et l’insécurité dans le pays. « Nous allons parcourir la Côte d’Ivoire pour dire la vérité et  annoncer l’organisation d’un forum de vérité. Les Ivoiriens ont besoin de savoir qui a fait quoi ? Qui a envoyé qui ? Personne ne sera protégé », a prévenu le natif de Kouto, région de la bagoué.

Avant de terminer, l’initiateur de la caravane de la paix et de la réconciliation a appelé les guides religieux, les chefs de communautés, les rois et chefs de villages, les jeunes à recevoir les délégations conjointes d’ex-combattants pro Ouattara et ex-détenus pro Gbagbo chez eux. « Ils sont en mission de paix et de réconciliation », a-t-il conclu.

Auparavant, le secrétaire général du CIDP, Mme Sangaré Mada épouse Babily a rappelé les crises que la Côte d’Ivoire a connu et qui ont causé de nombreux disparus, endeuillés  de nombreuses familles, fait des exilés et  des personnes marquées à vies. Cette situation, dira la SG, « a laissé un goût de revanche  dans les   cœurs et les esprits  de certains Ivoiriens. Le  CIDP et son président Babily Dembélé ont  décidé  de prendre leur bâton  de pèlerin  pour désarmer les esprits, les âmes et les cœurs des Ivoiriens  afin de sauvegarder l’héritage  que nous a laissé le père de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët Boigny », a-t-elle  expliqué. Elle a rappelé les médiations menées par le passé par M. Babily  et qui ont permis de réconcilier  d’une part le pouvoir PDCI au canton Guébié  en 1995 et d’autre part de sceller  la réconciliation  entre le Cosim et le conseil national islamique (CNI) auparavant en crise. « A travers le lancement de cette caravane de la réconciliation nationale et de la paix, M. Babily Dembélé veut  montrer aux yeux  du monde  entier  que la Côte d’Ivoire  a plus besoin de paix, de stabilité, de réconciliation véritable entre les fils et filles  pour des élections apaisées et transparentes »,a souligné la présidente du comité d’organisation par ailleurs sg du CIDP.

Quant à  Agnès Fred Mélèdje, porte-parole des ex-détenus pro Gbagbo, il  a expliqué la nécessité pour les Ivoiriens d’aller à la réconciliation et à la paix. « Nous avons un seul pays, la Côte d’Ivoire. La guerre ne nous a rien apporté. Le moment est venu d’aller à la réconciliation et à la paix pour arriver à l’émergence dont parlent les gouvernants. Vouloir initier le processus de réconciliation  vraie sans associer  des noms et des acteurs  n’est  que démagogie et pure arnaque. Babily a touché  du doigt le problème  et nous a invité à nous engager  pleinement  dans la réconciliation sans condition aucune  pour maintenir  la Côte d’Ivoire debout », a confié celui qui est désormais président  de la jeunesse du CIDP. A son tour, Ouattara Issouf, le président de la fédération des associations des ex combattants de Côte d’Ivoire désormais vice-président du CIDP a indiqué que le véritable défi qui s’impose à l’ensemble des habitants de la Côte d’Ivoire et aux  Ivoiriens, c’est de parvenir à mettre en place, un certain nombre de mécanismes qui permettront de créer des conditions qui verront l’émergence d’une paix durable et harmonieuse. « La où il y a de l’extrême pauvreté, il n’aura ni loi ni justice. Là où l’existence reste menacée dans  ces nécessités les plus élémentaires, il n’est permis, de parler de sécurité. Nous voulons  une réconciliation vraie. Il faut que les Ivoiriens se fassent confiance. La guerre, ça suffi. Nous demandons pardon à tous les Ivoiriens et à toutes les Ivoiriennes. Nous demandons de mettre balle à terre. Nous voulons à travers le CIDP  être les acteurs d’une paix durable. Nous encourageons tout le monde  à accompagner cette caravane de la réconciliation.  Nous ne sommes plus des va-t-en guerre, des ex-combattants mais des militants du CIDP. Fédération des associations des ex-combattants  pro Ouattara et amicale de solidarité des ex-détenus pro Gbagbo de la crise post électorale ensemble, main dans la main, pour aller demander pardon aux Ivoiriens, de se pardonner, de se réconcilier, de faire la paix, de mettre la Côte d’Ivoire  avant tout et de faire la politique  de droit, d’une manière civilisée  en visant l’intérêt supérieur de la Côte d’Ivoire », a souhaité Ouattara Issouf.

La  Signature d’un protocole d’accord entre les deux ex-belligérants sous le regard du président Babily Dembélé, des prières dites respectivement par des guides religieux chrétiens et musulmans, les  prestations d’artistes (Sakolo, Paul Madiss…), une projection de film retraçant la médiation de Babily Dembélé dans le Guébié avec le gouvernement  Ivoirien ont mis fin à la cérémonie. De nombreux chefs traditionnels, Mme Pulchérie représentant  le président  de l’initiative  de la société civile pour la réconciliation nationale, un représentant du Cojep ont assisté à ce lancement de la caravane de la réconciliation./.

 

Sercom